Vous êtes ici : Accueil / Projet d'établissement 2012-2016 / Archives / Différencier les enseignements

Un enseignement mieux adapté à chaque élève en terme de différenciation

Pourquoi ce choix?

  • Ressources ECSP en diminution, moins 50% en 2 ans.
  • Écarts beaucoup trop grands (niveau et rythme entre les élèves dans les classes)
  • Le passage par tolérance et dérogation augmente le nombre d'élèves en difficulté.
  • Difficulté à intégrer des élèves de la division spécialisée en division ordinaire en cours
  • d'année.
  • Le redoublement est toujours problématique, ce qui nous amène à nous interroger sur le bien fondé de cette pratique.
  • Augmentation des enfants ayant des dysfonctionnements : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie...
  • Regroupement des 3 classes spécialisées dans l'école en améliorant la collaboration et l'intégration.
  • Constituer un duo de classe (1 classe DS avec 1 classe DO) sur toute une année scolaire, avec un tournus annuel (collaboration, coopération et intégration facilitées)
  • Horaires MS, en Arts-Visuels : 2 demi classes avec le maître spécialiste et les deux autres demi classes avec les enseignants respectifs en classe pour introduire, ré-expliquer,
  • ou approfondir une notion d'enseignement.
  • Décloisonnement entre plusieurs classes pour travailler et optimiser des objectifs d'apprentissages.

Quels indicateurs permettront d’évaluer l’atteinte des objectifs?

  • Au cours des conseils des maîtres, arriver à une diminution des cas d'élèves présentant des difficultés d'apprentissage (nombre de dossiers "suivi d'élève" transmis à la direction)
  • Avoir moins d'enfants en difficulté ou en échec au début du cycle moyen. Par conséquent, d'ici un ou deux ans, avoir moins d'enfants qui passent avec mesures d'accompagnement et moins de redoublements en fin du cycle élémentaire. Au cycle moyen, faire baisser le taux car depuis quelques années, le nombre d'élèves qui passent par tolérance et dérogation ne diminue pas .(A la fin de cette année 2008/2009, 52 élèves sont passés par mesures d'accompagnement de la 2P à la 6P).
  • Bénéficier d'outils et de personnes formées afin d'aider au mieux les enfants qui présentent des dysfonctionnements.
  • La mise en place des horaires MS, qui permet de dégager plus d'heures pour l'enseignant dans sa classe (différenciation, approfondissement,...) devrait nous permettre à la fin de l'année d'en faire un premier bilan et d'en mesurer l'efficacité et les résultats obtenus en classe en matière de différenciation. Si cette mesure s'avère satisfaisante, elle serait alors reconduite l'année suivante.
  • Favoriser l'intégration des élèves de la division spécialisée dans les classes ordinaires. Ce qui implique un travail de collaboration et d'implication au sein du corps enseignant.

Actions

  • Mettre en place plus de moyens et de personnes dès la 1E en ce qui concerne les forces d'appui (langage et apprentissage de la lecture), afin de réduire les écarts à la fin du cycle élémentaire et pouvoir en tirer les bénéfices au cours du cycle moyen (utilisation de notre 50% ECSP supplémentaire reçu cette année).
  • En division élémentaire, 75% des forces d'appui seront données. Les classes chargées de 1E bénéficieront de la présence de l'ECSP en classe avec l'enseignant deux à trois fois par semaine. Une prise en charge d'un groupe d'enfants sera également assurée afin d'alléger le groupe qui reste avec l'enseignant (exemple : en 1E-2E prise en charge d'un degré, l'autre degré reste avec l'enseignant). Un travail plus pointu sera assuré par les ECSP autour du vocabulaire et de la connaissance du monde).
  • Faire des paires entre DO et DS et étendre la collaboration entre les enseignants.
  • Décloisonnements par groupe de niveau avec ECSP. Travail autour de la lecture d'albums avec différents groupes d'élèves d'un même degré selon leur niveau de lecture.
  • Horaires des arts visuels qui dégageront des plages de travail en classe en demi-groupes. L'autre groupe qui reste en classe permet à l'enseignant de pouvoir faire un travail de différenciation avec les enfants en difficultés, autour d'une notion déjà travaillée en classe par exemple.
    Un bilan est à faire chaque semestre et à la fin de l'année afin de mesurer l'efficacité de ces actions entreprises.